Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Attention OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) ! Un roman en vers, adaptation ultra contemporaine d'un roman d'amour russe du 19ème siècle, aux jeux typographiques inédits.

 

Songe a la douceur 250

Quand Eugène rencontre Tatiana dans le métro, cela fait dix ans qu'il ne l'a plus revue. Depuis ce jour où un drame a séparé les adolescents de 15 et 17 ans qu'ils étaient. Elle part travailler sur sa thèse à la Bibliothèque Nationale, lui se rend à l'enterrement de son grand-père. La surprise, la gêne et quelques quiproquos feront de cette nouvelle occasion un fiasco et chacun reprendra sa route. Enfin, pas tout à fait... Alors que pendant ces dix ans Eugène n'a que rarement pensé à Tatiana; Tatiana, elle, rêve souvent à ce qui aurait pu fleurir entre eux s'il ne l'avait repoussée, si le drame n'avait pas eu lieu, si... si... si.... Pourtant c'est lui qui va bientôt la supplier de reprendre les choses où il les avait si bêtement laissées.

On avait découvert Clémentine Beauvais avec "Les petites Reines" et ses trois "boudins" qui se rendaient à la garden party de l'Elysée. Un livre mal élevé et bourré de joie de vivre.

Avec "Songe à la douceur", cette (jeune) auteure jeunesse nous propose une adaptation contemporaine d'"Eugène Onéguine" d'Alexandre Pouchkine. Rassurez-vous ! pas besoin de connaître l'original pour apprécier ce roman. Pas nécessaire non plus de (re-)connaître toutes les références drôles et/ou poétiques (ne serait-ce que le titre...) égrenées au fil des pages. Mais pour qui les découvre, ce sont autant de clins d'oeil dont l'auteur parsème cette histoire d'amour échevelée. Pour ne rien gâcher, le texte en vers libres et la forme typographique très originale, ajoutent une dimension lyrique au texte, pour mieux nous faire partager les sentiments et les doutes des personnages.

OPAC Recherche Simple

OPAC Recherche Simple