Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Revenons sur le métier méconnu abordé dans le roman de Michelle Ballanger : écrivain public.

L’origine de ce métier se situe dans l’Egypte Antique avec les scribes. A l’époque ce sont des fonctionnaires lettrés, employés pour faire fonctionner l’administration de Pharaon. Ils sont présents dans toutes les branches de la société. Au service de la population, ils exercent le rôle d’écrivain public étant donné que la majorité de la population est analphabète.

En France, c’est au Moyen-âge, avec l’essor des échanges commerciaux qu’apparaît un besoin rédactionnel de différents écrits dont les contrats et les actes. Ainsi, on trouve en 1280 à Paris une soixantaine « d’écrivains pour le public » qui remplissent la fonction de rédacteurs, correcteurs, interprètes, conciliateurs. Tout cela en pleine rue. Ce sont véritablement des travailleurs de la rue.

La période la plus prospère pour les écrivains publics se situe lors de la Renaissance. Spécialisation du métier : certains écrivent pour des affaires juridiques, d’autres pour des affaires commerciales. Des familles aisées commencent à faire appel à leurs services pour la rédaction de récit de vie, de biographie familiale.

La Révolution va mettre à mal la profession. Cette période de trouble va presque faire disparaître ce métier. Par la suite, l’instauration de l’école obligatoire à la fin du 19 ème siècle avec l’apprentissage de la lecture et de l’écriture va participer à rendre ce métier confidentiel.

Aujourd’hui, le métier existe toujours, certes il est peu répandu mais il tend à se développer de nouveau. Que ce soit en indépendant ou au sein des collectivités, les écrivains publics sont sollicités essentiellement pour des conseils et accompagnement dans les démarches administratives.

L’un des aspects de ce métier est de faire valoir les droits fondamentaux des personnes en difficulté (difficulté d’apprentissage et/ ou de l’utilisation de l’écrit). Les écrivains publics aident à la rédaction de CV, de lettres de motivation pour une recherche d’emploi, corrigent, rectifient pour une rédaction de mémoire de fin d’étude.

Ils interviennent aussi en mairie en tenant des permanences, dans des prisons pour assister les prisonniers dans les démarches, dans les entreprises pour la rédaction web, ou encore chez eux pour les écrits plus personnels des particuliers (biographie, lettre d’amour, poèmes, discours) ...

Juste pour information : les prix sont assez variables, en moyenne comptez 1€ les 1000 signes, il existe aussi des prestations gratuites dans certaines mairies.

En lien avec le roman : Il est temps de suivre un régime et d’apprendre à voler de Michelle Ballanger, nous vous proposons une sélection sur les thèmes suivants : les lettres anonymes et le métier d’écrivain. Bonne lecture !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir